ADOPTER UN RONGEUR

 

QUELQUES CONSEILS AVANT D'ADOPTER UN RONGEURS

 

 

 

 

Les rongeurs sont très nombreux en France. On trouve principalement des lapins , des cobayes , des hamsters , des gerbilles ......

 

Attention, avant d'acheter un animal, assurez-vous que vous serez en mesure de subvenir à ses besoins.

 

Il faut un minimum de temps pour les nourrir et s'en occuper quand cela devient nécessaire .

 

Par ailleurs, les rongeurs sont fragiles. Ils sont, la plupart du temps, maintenus en cage et ne peuvent se soustraire à un environnement stressant. Les enfants en bas âge maitrisent souvent trés mal leurs gestes .

 

Maintenez les cages dans des endroits tempérés et pas trop agités et veillez à maintenir des conditions de vie à peu près constantes (bruit, remue-ménage, alimentation).

 

Enfin, sachez que bon nombre de pathologies évoluent rapidement, surtout les digestives, n'attendez pas pour consulter !!! Cela reste de loin l'erreur la plus fréquente faite par les propriétaires de rongeurs, il ne faut pas attendre trop longtemps car après il sera trop tard !

 

Les troubles digestifs


sont excessivement fréquents chez les rongeurs et souvent graves de part la rapidité d'évolution.

 

Les causes infectieuses


sont nombreuses car tout déséquilibre de la flore intestinale peut entraîner une entérite mortelle.

 

On distingue les entérotoxémies, les salmonelloses, les colibacilloses, la maladie de Tyzzer, etc...

 

Cliniquement, c'est à dire visuellement, on observe de la diarrhée, un animal plus ou moins prostré qui ne mange plus, qui maigrit plus ou moins vite, la mort pouvant survenir en deux à trois jours, parfois plus, parfois moins.

 

Le diagnostic fait appel aux examens complémentaires avec une recherche du germe en cause dans les selles, parfois si la fin n'est pas heureuse par une autopsie et un prélèvement avec recherche également du germe par différentes techniques de laboratoire.

 

Malheureusement, on obtient le résultat souvent trop tard ! Ces examens sont surtout intéressants lorsque l'on possède plusieurs animaux car alors il devient possible de mieux cibler le traitement pour les survivants ou lorsque la diarrhée n'est pas trop violente et évolue déjà depuis quelques temps.

 

Les traitements font le plus souvent appel à des antibiotiques, et à des rééquilibrateurs de flore intestinale, éventuellement à des supplémentations vitaminiques.

 

ATTENTION

CERTAINS ANTIBIOTIQUES SONT TRES MAL SUPPORTES PAR LES RONGEURS !

 

Prescription médicale obligatoire, pas la peine de rouspéter, votre vétérinaire a l'obligation de consulter avant de délivrer ou prescrire un traitement antibiotique, ceci afin d'éviter tout dérapage préjudiciable sur le long terme à la santé publique ! Il convient également de donner du lest au niveau alimentaire et de donc mettre à disposition du foin (cobaye, chinchilla et lapin)

 

Parasitaires


Il convient de vermifuger votre rongeur régulièrement car les vers peuvent perturber grandement le transit intestinal et spolier votre animal mais aussi vous transmettre quelques ténias... (notamment chez les souris et les hamsters).

 

Attention également aux coccidioses surtout chez le lapin mais aussi chez le cobaye et le chinchilla. Le traitement fait appel, par exemple, aux sulfamides. Consultation obligatoire.

 

Alimentaires


Pris ici au sens large, avec notamment les malocclusions de toutes sortes qui concernent les incisives (fréquentes chez le lapin) et les molaires ( cobaye et chinchilla).

 

Pour les incisives, il suffira de les couper trés régulièrement, en général tous les mois. Une autres solution consiste à faire extraire ces dents par votre vétérinaire, c'est de loin la meilleure option. En effet, la coupe de dents n'est pas toujours aisée et on finit par fendre ou casser les dents, ce qui entraînent l'apparition d'abcés et les soins deviennent alors difficiles.

 

Pour les molaires, sous anesthésie, elles pourront également être coupées mais il convient là aussi d'essayer de les extraire. Chez le lapin angora (poils longs...) on rencontre souvent des trichobezoards qui sont en fait des boules de poils concentrés, parfois volumineuses, et qui entraînent l'apparition de perte d'appétit, d'un ventre gonflé et de constipation.

 

Tout changement brutal du régime alimentaire peut induire une entérite mortelle ! Alors évitez de considérer votre rongeur comme un aspirateur à miettes.... Les granulés du commerce sont en général équilibrés. Ne pas changer de nourriture sans faire une transition alimentaire sur une semaine. Respectez les espèces, des croquettes pour hamster sont conçues pour les hamsters !!

 

Les troubles respiratoires


Ils sont également très fréquents car ces animaux sont très sensibles aux variations d'ambiance (bruit, courant d'air, différence de température au cours de la journée, volume d'air disponible). On veillera toujours à placer la cage dans une pièce spacieuse et tempérée, à l'abri du soleil, et on évitera autant que faire se peut les bruits intempestifs (chaine Hi Fi à "fond"...), etc...

 

Les symptômes sont plus ou moins intenses avec des atteintes de l'appareil respiratoire plus ou moins profondes (infections type rhinite ou bronchite ou broncho pneumonie).

 

Jetage, c'est-à-dire, écoulement par les narines d'un liquide plus ou moins purulent, toux, conjonctivite, fièvre, abattement, perte d'appétit, etc... Complications souvent mortelles en l'absence de traitement.

 

Le traitement fait appel à des antibiotiques à visée respiratoires : sulfamides, tétracyclines, quinolones ou équivalents pendant au moins 8 jours parfois plus avec traitement de soutien du genre complexe vitaminique (rappel : les antibiotiques sont inactifs sur les virus).

 

La myxomatose se rencontre fréquemment chez le lapin, la plupart des autres rongeurs sont naturellement résistants. Cette maladie est causée par un virus, et transmis par des piqûres d'insectes le plus souvent ce qui explique les pics de contamination au printemps et à l'automne. les symptômes de la myxomatose sont : une face souvent gonflée de même que les extrémités, apparition de boules sur tout le corps mais surtout sur la tête, perte d'appétit.

 

Evolution souvent mortelle sans vaccination. Les vaccins peuvent être administrés dès 4 semaines d'âge, un rappel un mois après puis tous les 6 mois est fortement conseillé.

 

La maladie hémorragique virale du lapin


Beaucoup moins fréquente chez le lapin de compagnie, elle n'en demeure pas moins extrêmement sévère car souvent mortelle en quelques heures ou quelques jours.... Due à un virus, le seul moyen de lutte reste la vaccination.

 

Elle se traduit par un syndrome hémorragique (des hémorragies de partout...) brutal. Très souvent, le lapin suffoque et meurt en quelques instants ! Vaccinez tous les lapins dès 4 à 8 semaines d'âge, rappel un mois après puis tous les ans.

 

 

*******************************************************************************************************

 

Conseils de Morgane, de l’association F.R.E.E. Refuge NAC, a bien voulu rédiger pour les internautes. Le lapin est un animal particulièrement sensible et intelligent qui peut partager la vie d’une famille à condition de ne pas se tromper et de ne pas le traiter comme une peluche vivante abandonnée aux caprices des enfants ou oublié dans une cage où ils se désespère.

 

“Le lapin est le NAC le plus représenté dans les foyers français. Il a souvent l’image d’un animal facile, tendre peluche pour les enfants, ne nécessitant pas beaucoup d’entretien.

Pourtant loin de cette image idyllique, avoir un lapin à la maison nécessite une implication du propriétaire et ce pendant 10 ans minimum !

 

D’abord, il lui faut un habitat adapté. Au minimum, une cage de 1.20m ou un enclos, équipé (bac à litière, râtelier, gamelles, cabane…). Ensuite des sorties, 4 heures pas jour. Plutôt le matin ou le soir car la journée, votre compagnon à grandes oreilles dort.

 

Durant les sorties, il faudra participer à la vie de votre lapin : jouer avec lui en lui proposant des jouets, le caresser mais aussi l’éduquer !!

 

Il est possible de faire vivre son lapin en liberté totale après une période d’éducation et dans un environnement sécurisé (fils électriques protégés ….)

 

Un lapin est un herbivore. Un régime alimentaire non adapté ne lui permettra pas de bien user ses dents. C’est le foin et les légumes qui usent les dents correctement. Il lui faut donc du foin de bonne qualité (longs brins, verts mais sec) à volonté.

 

Quotidiennement, votre lapin doit manger des légumes frais et nettoyés comme des endives, des herbes aromatiques (du thym en particulier, désinfectant intestinal)…

 

Une fois par semaine seulement, un morceau de fruit (ou de carotte !) qui sont sucrés et font grossir.

 

Les mélanges de graines tout-prêts contenant des céréales (blé, maïs…) sont à éviter. Il faut préférer des extrudés à base de légumes. Deux cuillères à soupe par jour suffisent mais ce n’est pas indispensable.

 

Pas de pain dur ou de friandises industrielles : cela favorise l’embonpoint et n’use pas les dents !

 

Pour son bien-être et pour vivre en harmonie avec lui, il faudra faire stériliser votre compagnon. Cela améliorera sa tendance innée à la propreté, réduira son côté territorial et évitera aux lapines de développer un cancer de l’utérus (fréquent chez les lapines de plus de 5 ans).


Il faut aussi le vacciner régulièrement contre deux maladies qui peuvent être mortelles : la myxomatose et la maladie hémorragique virale (VHD).

 

Régulièrement couper les griffes et vérifier la bonne usure des dents.

 

Chaque lapin a son caractère. Votre compagnon ne sera pas forcément câlin.
Il faudra respecter son tempérament et l’aimer tel qu’il est.” 



Réagir


CAPTCHA